Jérémy Dijoux et son épouse

Jérémy Dijoux et son épouse

J’ai grandi dans une famille chrétienne. Dès mon enfance, j’ai entendu parler de Jésus mais je ne le connaissais pas. Je pensais qu’être libre, était faire ce que je voulais. Personnellement, je préférais être dans la rue avec mes amis. J’avais même honte de l’Evangile et quand mes amis me questionnaient je leur mentais. Je ne voulais pas dire que j’allais écouter l’Evangile à la Mission. Je n’aimais pas aller aux réunions. J’y allais pour faire plaisir à mes parents. A force d’être dans la rue, je me suis adonné à de nombreuses passions.

Plus le temps passait, plus ce que je pensais être pour moi la liberté et le bonheur était un fardeau trop lourd à porter. J’étais de plus en plus triste. Je me voyais sans avenir, esclave des passions.

Un soir, alors que j’étais seul dans ma chambre, désespéré, je me suis souvenu de ce Jésus dont j’avais entendu parler. Je me suis mis à prier en disant « Jésus, si tu existes vraiment, aide-moi ! Montre-moi que tu existes ! ». Aussitôt une voix se fit entendre dans mon cœur : « Jérémy je t’aime ! Si tu penses n’avoir plus d’avenir, moi j’ai un avenir pour toi ». A cet instant, je compris que Jésus était bien réel, vivant et qu’il m’aimait.

J’ai demandé pardon à Jésus pour mes péchés. Une paix profonde et une grande Joie m’ont envahie pour ne plus jamais me quitter. Je reçu une nouvelle vie. J’étais délivré de toutes passions et je n’avais plus honte de l’Evangile. J’ai donné toute ma vie à Jésus et je me suis engagé par les eaux du Baptême le 4 avril 2004.

Dès que je remis ma vie au Seigneur, il m’appela au ministère. Je disais en moi-même que cela n’était pas possible, ce n’étais pas pour moi, et que je déraisonnais. Je servais Dieu dans d’autres tâches, mais la prédication de l’Evangile, c’était hors de question. Mais plus je refusais, plus cette pensée devenait de plus en plus forte et pressante. Alors un jour, j’ai dit : « Oui Seigneur ! Je veux être à ton service. Mais si cela vient de toi, confirme cette pensée ».

Un dimanche matin pendant le culte, Dieu parla par un don spirituel : « Ecoute le message qui sera apporté et tu auras la réponse à ta prière », effectivement le prédicateur basa sa prédication sur 1Timothée chapitre 3. Le passage qui resta gravé sur mon cœur et qui fut la réponse à ma prière était le verset 10 « Qu’on les éprouve d’abord, et qu’ils exercent ensuite leur ministère, s’ils sont sans reproche ».

Depuis avec mon épouse Christelle, nous avons la joie, le bonheur et la grâce de servir le Seigneur de tout notre cœur.

Fiche