Jean Cizeron et son épouse Cécile

Jean Cizeron et son épouse Cécile

Je suis né dans une famille chrétienne. Mon père était pasteur-missionnaire. J’ai entendu les cantiques dès le sein maternel. Dans mon enfance, j’ai fait l’objet de la protection de Dieu et de ses nombreux bienfaits. Durant mon adolescence, j’ai assisté à de nombreuses campagnes publiques extraordinaires en faveur de l’Évangile. Lors de ces occasions, j’ai été témoin de centaines de miracles accomplis au nom de Jésus dans la vie de personnes aveugles, sourdes, et de boiteux, de paralytiques, de lépreux, de démoniaques. J’ai constaté une transformation radicale au travers de milliers de vies et dans de nombreuses familles, par la puissance miraculeuse de Dieu. J’ai vu aussi de mes yeux la naissance de nombreuses églises suite au retentissement de l’Évangile dans les îles de l’Océan Indien.

Cependant, malgré toutes ces grâces et ces avantages, je n’étais pas sauvé et n’avais pas le pardon de mes péchés. S’il m’était arrivé de mourir, je ne serais pas allé au ciel. Si Jésus était revenu, je n’étais pas prêt à le rencontrer et je n’aurais pas été enlevé.

A l’occasion d’un camp de jeunesse, à l’âge de 16 ans, j’ai fait une réelle rencontre avec Jésus. Ce jour là, j’ai été convaincu de péché ; le sang de Jésus a purifié toute ma vie : le Christ est venu faire sa demeure en moi. Ce même jour, j’ai fait une double expérience, car Jésus m’a aussi rempli de son Saint Esprit. Je me suis mis à parler en d’autres langues. L’impact de la présence de Dieu était si fort dans ma vie que pendant deux jours, je n’ai pas mangé et n’ai que très peu dormi ! Le Dieu de mes parents est alors devenu mon Dieu.

Puis très vite s’est renforcée en moi la vocation du service de Dieu. Cet appel que je ressentais depuis mon enfance se concrétisait. Le Seigneur m’en a ouvert la porte dès ma jeunesse. Je suis aujourd’hui à plein temps dans le ministère depuis bientôt 40 ans. Je ne mérite pas d’annoncer l’Évangile de Dieu, mais c’est la grâce que Celui qui m’avait mis à part dès le ventre de ma mère m’a faite. Avec Cécile, ma femme, nous sommes aussi très mobilisés dans le domaine de l’enfance, de la jeunesse et de la musique. Je suis parfaitement convaincu que la Pentecôte est une source intarissable d’espérance pour notre génération. Mon Dieu est le Dieu des générations.

« Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au–delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui soit la gloire dans l’Eglise et en Jésus–Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! Amen ! » Éphésiens 3 :20-21

Fiche