Baobab ou cocotier ?

    «  Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, qui donne son fruit en sa saison, et dont le feuillage ne se flétrit point. » Psaume 1 : 3

Dans ce verset, il est question du juste qui est planté comme un arbre.

Dans les pays chauds et humides d’Afrique, dans les îles tropicales, poussent côte à côte deux arbres différents, bien qu’ils se trouvent dans la même région : le baobab et le cocotier.

Portons quelques instants notre réflexion sur ce qui les caractérise.

   1. Le Baobab

Ce gros arbre au tronc vide, peut atteindre jusqu’à 8 mètres de diamètre. En apparence, il est fort impressionnant ! Cependant, sous cet apparat se cache une certaine fragilité : par exemple, il perd son feuillage en saison sèche et il est très vulnérable au vent.De ce fait, on rencontre souvent des baobabs couchés dans la boue ou dans la poussière qui continuent, ainsi, à vivre d’une manière dénaturée. Ses ramifications s’entremêlent avec les buissons, se confondant avec les arbres qui l’entourent, au point même de ne plus les distinguer. Son fruit, certes comestible, ne présente aucun goût particulier. Finalement, le baobab n’offre pas beaucoup d’utilité.

   2. Le Cocotier

Ce palmier, caractérisé par sa grande taille, peut atteindre jusqu’à 25 mètres de hauteur. Par conséquent, il peut être vu de loin et ainsi attirer vers lui ceux qui ont faim et soif. Le cocotier n’est pas un arbre rampant, il ne peut croître à l’horizontale et se mélanger avec d’autres arbres.

Nous pouvons trouver dans ce palmier l’image de la sagesse, contrairement au baobab. Le palmier s’enracine en profondeur, ce qui lui permet de trouver suffisamment d’humidité. Il peut donc faire face au soleil et à la sècheresse : ses feuilles restent vertes, « son feuillage ne se flétrit point. »

Il pousse avec souplesse : voilà son secret pour résister à l’épreuve du vent. Il garde son rang et sa hauteur.

Remarquons l’utilité de ce palmier :

  • Son fruit est reconnu pour son aspect nutritif avec sa noix et son eau. Il offre une nourriture consistante et riche.
  • L’huile issue du copra est admirable pour ses vertus médicales, ses propriétés adoucissantes et protectrices pour la peau.
  • Son bois est utilisé pour diverses constructions, ainsi que ses feuilles pour couvrir les cases.
  • Le bourgeon final (le chou) est fort apprécié, c’est un met délicat.
  • Quant aux spathes florales, elles fournissent une boisson sucrée.

La Bible fait mention du palmier à plusieurs reprises :

Le Cantique des Cantiques nous dévoile les paroles du roi Salomon adressées à la Sunamithe qui, ne l’oublions pas, représente une image de l’Église. Il dit ceci : «  Que tu es belle, que tu es agréable, Ô mon amour, au milieu des délices ! Ta taille ressemble au palmier. Et tes seins à des grappes. Je me dis : je monterai sur le palmier, j’en saisirai les rameaux ! » (7 : 7 à 9)

Par ailleurs, dans le Psaume 92 : 13 à 15, il est écrit : «  Les justes croissent comme le palmier, ils s’élèvent comme le cèdre du Liban. Plantés dans la maison de l’Éternel, ils prospèrent dans les parvis de notre Dieu ; ils portent encore des fruits dans la vieillesse. Ils sont pleins de sève et verdoyants. »

Baobab ou Cocotier? En définitive, que sommes-nous? Que voudrions-nous être? Avons-nous fait de l’apparence notre priorité ou avons nous serré fermement les trésors cachés de Dieu dans nos cœurs ?

Allons nous nous contenter d’une flaque d’eau superficielle ou allons nous plutôt puiser notre eau dans les profondeurs de la Parole de Dieu ?

Ces arbres nous encouragent à ne pas rester faible et fragile, mais plutôt à laisser la puissance de Dieu agir en nous.  Ainsi, nous serons forts en Jésus-Christ et, de ce fait, utiles envers ceux qui n’ont pas d’espérance, ceux qui sont fatigués et chargés, ceux qui peinent sous le poids de leur fardeau, qui ont faim et soif de vérité et de délivrance.

Ces arbres sont là, aussi, pour nous exhorter à ne pas nous tenir « affalés » sur le sol, dans la confusion. Rappelons-nous que c’est Jésus qui nous élève et qui nous maintient fermement debout !

Pasteur Moïse TARACONAT